COLLOQUE 2021 : Transmettre, Éduquer, Soigner : Trois métiers impossibles ?

Transmettre, Éduquer, Soigner : Trois métiers impossibles ?

La Pédagogie et les Pratiques Institutionnelles, des réponses possibles

Colloque 2021, Vendredi 26 novembre 2021
9h – 17h30 

« Tous les hommes ont par nature le désir de connaître ». Fidèle à ce principe millénaire qui fut à l’origine du Lycée d’Aristote, l’institution scolaire est chargée de transmettre les savoirs nécessaires à l’enfant pour construire sa future vie d’adulte.

Deuxième lieu de transmission après celui de la famille, l’école inscrit « le petit d’homme » dans une filiation sociale, le liant ainsi à la Kultur. En acceptant l’accès aux savoirs, aidé par la pédagogie qui doit l’amener progressivement à grandir, l’enfant, devenant élève, se tourne vers l’autre pour s’ouvrir à ce qui fonde le lien social nécessaire à toute civilisation organisée en Cité. 

Nous interrogerons donc ce qui fait transmission au sein de l’École pour préparer l’individu à la citoyenneté. Nous questionnerons ce qui rate, lorsque les élèves préfèrent, dans le refus scolaire anxieux, l’incuriosité ou toute forme de décrochage, se retirer du rapport à l’autre et aux savoirs, psychiquement trop menaçant. Mais l’élève ne réussit-il pas à dire ainsi ce qui ne peut se dire autrement, transformant par là même l’Universel du savoir en singularité du Sujet ?

Nous verrons en quoi l’approche des pratiques de la Pédagogie Institutionnelle peut répondre à cette nécessité de nouer l’individu au collectif et en quoi les trois métiers impossibles « gouverner, éduquer, analyser » de Freud, sont à réinterroger en permanence, tout particulièrement dans la période de crise que nous traversons, laquelle ne vient que renforcer les difficultés déjà présentes. 


Intervenants :

Frédérique Lerbet-Séréni
Dr Antoine
Patrick Geffard / Le Groupe Monographie : Laurent, AV, Stéphanie, Céline, Grégoire
Claudine Blanchard-Laville 

Projection de La bande annonce du documentaire de l’asso

Parution du numéro de la revue Cliospy n°26

revue cliopsy

Alors que nous étions en train de mettre la dernière main à la confection de ce vingt-sixième numéro, la situation sanitaire encore incertaine et les contraintes internationales qu’elle engendre ont amené le comité d’organisation du VIe Congrès d’actualité de la clinique d’orientation psychanalytique dans le champ de l’éducation et de la formation à reporter ce congrès – initialement prévu cet hiver – les 14 et 15 octobre 2022.

Aussi, nous invitons nos lecteurs à consulter le site https://www.cliopsy.com/colloques-et-congres-accueil/ et à profiter de ce report pour proposer de nouvelles contributions.

Pour ce qui concerne notre revue, bien que son comité de rédaction n’ait pas pu se réunir « en présentiel » depuis près de deux ans maintenant, nous maintenons notre rythme de parution.

Dans ce numéro, nous poursuivons notre hommage à Nicole Mosconi en publiant deux transcriptions inédites de conférences qu’elle a données en 2003 et en 2018. La première conférence, intitulée Recherche qualitative, recherche clinique. Enjeux épistémologiques et méthodologiques, a été proposée en janvier 2003 à Toulouse dans le cadre des activités du réseau OPEN (Observatoire des pratiques enseignantes). Le texte de cette conférence est introduit par Claudine Blanchard-Laville et Louis-Marie Bossard qui rappellent les caractéristiques de ce réseau OPEN – dont les activités ont duré douze années – et ils retracent le contexte dans lequel cette conférence a été présentée/exposée. La seconde conférence, intitulée Rapport au savoir : approche socio-clinique, date du 6 juin 2018 et a été prononcée par N. Mosconi au cours d’une journée d’étude consacrée au rapport au savoir à l’université Paris 8. La transcription de cette conférence est introduite par Laurence Gavarini qui restitue ici la présentation qu’elle en a faite alors. Elle propose ensuite une disputatio à partir de sa relation de travail avec Nicole, ce qui l’entraîne à envisager l’évolution du rapport de cette dernière à la psychanalyse.

Lire la suite

Colloque : Actualité et histoire de l’inceste. Entre occultation et révélation.

Du 6 au 8 octobre 2021

INFORMATIONS PRATIQUES
6-8 octobre 2021
auditorium 150,
Campus Condorcet, Aubervilliers

© Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 2U/1535, 1er juin 1880

Le colloque aura lieu en présence et, pour le public, une inscription en ligne est obligatoire:https://www.ehess.fr/fr/colloque-dervi

Signe des temps oblige, nous vous rendons également attentifs au fait que le pass sanitaire est exigible pour les manifestations de plus de 50 personnes, ainsi que le respect des règles sanitaires (port du masque, gestes barrière) dans l’enceinte du campus Condorcet.

Parution du livre « Je relis ta dernière lettre »

Parution du livre "Je relis ta dernière lettre"

Je relis ta dernière lettre
Correspondance II.

Un ouvrage de Claudine Blanchard-Laville et Frédéric Teillard

« Écrire, t’écrire, s’écrire, nous écrire… » Nous sommes toujours en vie et notre aventure épistolaire se poursuit. Ce sont à nouveau trente lettres, couvrant cette fois cinq années d’échanges amicaux, qui témoignent de l’obstination à explorer plus avant, dans la solitude de l’écriture et dans le jeu des correspondances, les ressorts profonds de notre désir d’écrire, et à comprendre comment se tissent nos liens, à nous-même, aux autres, aux livres, au monde. Ce travail n’a pas de fin. Nous sommes pareils à Pénélope qui repousse les prétendants : la peur d’apparaître, l’injonction de se taire, l’oubli, l’effacement, la mort.

Les auteurs

Claudine Blanchard-Laville, est universitaire. Elle est l’auteure de deux ouvrages sur les pratiques enseignantes Les enseignants entre plaisir et souffrance et Au risque d’enseigner. Elle a écrit et co-écrit de très nombreux articles dans le champ des sciences de l’éducation.


Frédéric Teillard, est écrivain et psychanalyste. Il est l’auteur de quatre romans et deux essais publiés chez Stock et Calmann-Lévy. Il se consacre aujourd’hui essentiellement à l’écriture poétique.

Parution aux éditions de l’Harmattan
www.editions-harmattan.fr

Contact promotion & presse
Marisol Bufala
01 40 46 79 25
marisol.bufala@harmattan.fr

Harmattan Édition – Diffusion 5–7, Rue de l’École Polytechnique 75005 Paris
Tel. : 01 40 46 79 20 Fax : 01 43 25 82 03

Sixième rencontre avec Claudine Blanchard-Laville : « Transmission et écriture »

de la transmission claudine blanchard laville

Cette Rencontre 6 s’est déroulée comme la première du cycle dans l’amphithéâtre Max Weber sur le campus de Nanterre en présence d’une trentaine de personnes ; la possibilité de suivre l’exposé en visio-conférence comme pour les rencontres précédentes a été offerte et une trentaine de personnes ont ainsi participé en ligne à cette manifestation.

Étaient présents sur place l’un de mes interlocuteurs de cette Rencontre, Frédéric Teillard, ainsi que Narjès Guetat-Calabrese et Laure Lafage qui ont assuré jusqu’au bout la continuité de ce cycle de Rencontres ; nos collègues de l’ARIFTS de Nantes, Luc Esneault et Christophe Dalibert, étaient aussi présents pour assurer le filmage de cette nouvelle rencontre. Mon autre interlocuteur, Patrick Geffard, était à distance ; il a été néanmoins possible de projeter sur grand écran dans l’amphithéâtre les images des trois personnes qui étaient en train d’intervenir.

Dans mon exposé, j’ai proposé, en premier lieu, de retracer à grands traits l’évolution de mon écriture : j’ai fait cette rétrospective à partir de mon texte de 2013 intitulé « De l’écriture mathématique à l’écriture clinique ». Je l’ai résumé tout en le mettant en perspective avec l’évolution de l’écriture de Bion puis j’ai rajouté des éléments sur cette évolution depuis 2013, en particulier, à partir de l’écriture des deux volumes de la correspondance avec Frédéric Teillard. Dans cet échange épistolaire, et en particulier, dans le deuxième volume, on peut lire comment l’écriture m’a aidée à m’émanciper et à lutter contre la transmission traumatique ainsi que ma volonté actuelle de désencrypter le manuscrit que j’ai écrit en 1982 sur mon histoire privée et qui est resté non publié jusqu’à à ce jour. Dans un deuxième temps, j’ai tenté d’identifier ce que j’ai transmis à certains chercheurs plus jeunes en les accompagnant dans leur écriture, tout en soulignant que cette activité de transmission m’a aussi aidée dans ma propre écriture. Enfin, dans une troisième partie, j’ai partagé les réflexions que nous avons développées tous les trois, en m’appuyant en particulier sur un article que j’ai co-écrit avec Patrick Geffard, autour de la transmission de l’expérience clinique par l’écriture.

Les participants ont reçu dans l’après coup de cette Rencontre la liste des références bibliographiques citées tout au long de cette présentation ainsi que certains textes dont j’ai évoqué l’intérêt au cours de l’exposé pour prolonger la réflexion.